Faire des économies de café en changeant le modus operandi de vos réunions, c’est possible!

Qui ne s’est jamais demandé ce qu’il faisait en salle de réunion avec parfois cette envie d’en sortir en courant? Les réunions, c’est bien connu, c’est ennuyeux comme la pluie!

Les objectifs annoncés sont pourtant nobles: faire le point, prendre le temps d’échanger en équipe, favoriser l’émergence d’idées nouvelles – et brillantes – si possible, partager de l’information, avancer sur telle ou telle action… et déguster des petits pains au chocolat en les trempant – ou pas – dans son café. C’est souvent ce dernier point qui est le plus brillamment réussi. 1 café pour se réveiller, 2 pour émerger, 3 pour causer en cuisine avec Géraldine, 4 parce que c’est pas l’éclate, 5 parce que les yeux piquent, 6 car finalement, le café, c’est bon!

Certaines choses paraissent parfois particulièrement savoureuses lorsqu’elles sont placées en comparaison d’un truc fade. Oh oui car les réunions classiques sont d’un fade qui dépasse toute concurrence. Toujours le ou les mêmes qui parlent. Des supports de présentation tout aussi ennuyeux que celui ou celle qui parle mais qui ont au moins le mérite d’occuper l’esprit pendant un moment. Ce dernier finit par totalement décrocher mais quelle différence puisqu’à la base déjà, personne ne s’écoutait.

Jean Marc prend la parole. Littéralement, il l’a prend et quand il s’en empare, il n’est pas bien pressé de la rendre. Sophie a une idée merveilleuse en tête mais elle a perdu l’espoir de pouvoir un jour l’exprimer. Paul s’énerve car les points évoqués par Pedro ne sont pas à l’ordre du jour. L’ordre du jour, qui rendait bien posé sur la programmation de la matinée, n’est définitivement pas au goût de demain. Toute cette configuration ressemble d’ailleurs drôlement au passé. Comme un goût de déjà-vu. A l’école déjà : des tables, des chaises, papiers et crayons pour prendre en note les paroles énoncées par ceux qui monopolisent la parole. Relation verticale, différenciation dans l’attention portée à chacun, pas de place pour l’unicité de chaque personne. S’adapter, se conformer, s’embêter mais surtout…se taire!

« Jack…Jack, vous m’entendez? Jack n’a pas l’air d’être bien avec nous ce matin. Peut-être aurait-il eu une nuit mouvementée? » Rires des collègues. Jack dit qu’il est d’accord, d’accord avec tout ce qui vient d’être dit puisqu’en fait, il n’a rien entendu. Enfoncé dans son siège, les oreilles qui rougissent de honte, il regarde avec un empressement certain l’heure qui a l’air de tourner à l’inverse.

Trouver sa place. Innover avec des idées originales. Avancer. Se surpasser. Des objectifs sympas et clinquants. Mais ce mode de réunion le permettait-il seulement?

Pourquoi ne parvenons-nous pas à échanger de manière équilibrée et pertinente? Pourquoi est-il si difficile d’intégrer, de concevoir ensemble plutôt que de se laisser piloter par certains?

Plus confortable, moins engageant? Probablement!

Stimulant et riche de sens? Certainement pas!

Alors comment rendre ces fameuses réunions efficaces, vivantes et fructueuses ?

La parole nous est rendue possible depuis tout petit mais le dialogue – même entre « grands » – est parfois difficile. Comment nourrir un véritable échange, inclusif et porteur ?

Formée à la facilitation du dialogue au Canada, je dispose de méthodologies innovantes pour vous accompagner à mettre en place des réunions dynamiques et efficaces. Je vous propose des méthodes et techniques canadiennes pour revisiter les processus de dialogue en groupe afin de :

  • Rendre une réunion vivante et opérationnelle;
  • Faciliter un brain-storming qui potentialise la créativité des participants;
  • Etablir le diagnostic d’une situation à l’aide d’instruments d’analyse des problèmes;
  • Mettre en place un plan d’action avec l’élaboration d’étapes concrètes et d’indicateurs de suivi;
  • Parvenir à une prise de décision consensuelle grâce à des outils managériaux spécifiques.

Vous souhaitez en savoir davantage? N’hésitez pas à me contacter!

Laure Faget